Le nouvel album Chapter IV : Vulnérable de l’artiste Ulrich Forman est disponible depuis le 27 mai 2022. Avec cet album, l’artiste tourne une page. C’est un album sur une résilience, un deuil qui se termine, des erreurs que l’on parvient enfin à dépasser, de l’espoir renouvelé. Le site Ma Musique Communautaire vous en dit plus sur cette nouveauté musicale dans l’article suivant.

« J’ai commencé l’écriture de ce nouvel album il y a environ deux ans. Quelques idées de titres et de productions étaient déjà maquettées lorsque j’ai eu un violent accident de moto », dit-il.

Lui qui ne peut s’empêcher de poser ses mains sur un clavier, une basse, une batterie : Ulrich Forman a dû tout remettre en question.

L’album de la mise à nu :

C’est donc également l’album de la mise à nu, d’où le titre tout trouvé Chapter IV : Vulnerable, une nouvelle page qui se tourne plus intime que jamais. En témoigne la photo de lui, enfant, traînant un sac démesurément énorme, qu’Ulrich Forman a choisi d’afficher sur la pochette. Ce retour à l’enfance, c’est aussi un retour aux sources dans son travail de producteur :

« Immobilisé, seul avec moi-même, j’ai remis pas mal de choses en perspectives. Dans l’incapacité de jouer de la guitare ou du piano, j’ai repris l’écriture de cet album, mais en changeant complètement ma façon de faire ».

Aux quelques éléments acoustiques antérieurs à l’accident viennent se superposer des samples, des boîtes à rythmes, des voix délicatement autotunées. C’est ainsi autant d’éléments auparavant absents de l’univers pop-folk d’Ulrich Forman et qui ont aujourd’hui la part belle, nous transportant de ce fait dans un univers aux sonorités hybrides et délicates.

Ulrich Forman : une vie toute entière tournée vers les instruments acoustiques

Lui qui a grandi avec un piano qui occupait toute la place dans sa petite chambre d’enfant, il satisfait sa soif insatiable de musique en apprenant également la contrebasse, la basse, la guitare, le trombone, la batterie… Autant d’instruments qu’il pratiquera dans son ensemble de jazz, le Breakfast quartet. Pour lui c’est une évidence : la musique sera son métier. Après ses débuts de producteur au sein du groupe électro Ledge, Ulrich Forman devient donc compositeur pour le cinéma et crée son propre label : Au revoir ma belle Productions. Après la bande-son de Falling from Earth de Chadi Zennedine, il décide de s’installer à New York pour vivre son rêve américain où il travaille essentiellement sur des arrangements de cordes pour d’autres. C’est la désillusion.

C’est à cette époque que Ulrich Forman devient père. Et avec cette nouvelle vie qui commence, c’est aussi la nécessité de gagner sa vie de manière plus stable. Alors redoublant d’efforts, il enchaine les collaborations et les musiques de film : son activité de compositeur est maintenant établie.

Ses compositions viennent d’une frustration :

Cependant, à mesure qu’il compose pour d’autres, lui vient la légère frustration de ne pas composer pour lui-même. Frustration qui se transformera très vite en nécessité. En effet, Ulrich Forman vit sa première rupture, un moment charnière dans sa vie. Rattrapé par la nécessité de faire sortir des émotions, il écrit alors pour la première fois ses propres chansons. D’abord pour lui-même, dans l’intimité de son studio.

C’est six mois plus tard, dans les bureaux d’Universal Music, qu’il dépose un CD avec quelques-uns de ces titres, sans grande conviction. Il est signé le lendemain. Trois chapitres, trois projets donc dans cet univers pop-folk des débuts, inspiré des Beatles et des Beach Boys, trois pages qui clôturent cette étape d’Ulrich Forman. Bienvenue dans sa nouvelle ère.

Pour l’intime Chapter IV : Vulnerable Ulrich Forman s’est entouré d’un nombre réduit de collaborateurs de confiance. Quelques instrumentistes, Hugo Martin, Yann Lupu, de rares featurings, Bergmann, Days (anciennement RacecaR), le mixeur Florent Livet (Phoenix, Lous and the Yakuzas, Elephanz), et l’ingénieur mastering Antoine « Chab » Chabert (Daft Punk, SebastiAn, Christine and the queens).

Certains titres de cet album possèdent déjà un clip officiel. Il s’agit de « Breathin », « At Last », « Wish I’d loved you more », « Shadows of memories ». Et le dernier sorti : « I’d lost my mind ».

Voici le clip officiel « I’d lost my mind » de l’artiste Ulrich Forman :

Affiche YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.