L'artiste Romain Pinsolle lors de la sortie de son premier album éponyme

Romain Pinsolle présente son premier album en solo

L’artiste français Romain Pinsolle sort le 29 septembre 2017 son premier album éponyme chez Soleil Oblique Records. C’est l’occasion savoir un peu plus.

Dès la première écoute, la voix, la musique de cet artiste me fait penser à du Alain Bashung. Mais c’est bien Romain Pinsolle que je suis en train d’écouter. Cette fois-ci en solo, après qu’il n’ait fait ses premières armes avec le groupe Hangar comme guitariste et co compositeur.

Les débuts de Romain Pinsolle

Ça commence sur la côte Atlantique. C’est le temps de la musique entre potes et des « belles fêtes », comme il dit. Le groupe dans lequel Romain Pinsolle fait ses premières armes s’appelle Hangar. S’il se dit aujourd’hui « éternellement guitariste », il écrit et compose déjà à l’époque. Dans ses tempes de jeune musicien, des figures éclectiques et tout sauf tièdes : le rock de Chuck Berry, les Stones, ACDC ; le blues à la folie ; les mots de Moustaki et de Gainsbourg.

Et puis voilà que tout s’accélère : Romain décide de se lancer dans un projet solo. Quelques mois de gestation et il embarque son bassiste de frère, Quentin, ainsi que Julien Audigier (aux drums) et Léo Coustal (aux guitares et claviers), sans oublier l’objet de son amour indéfectible : une pédale Chorus Strymon ! Ils s’enferment dans le studio parisien Soyuz avec Antoine Gaillet et c’est parti pour un enregistrement « live » à l’ancienne. Paul de Rémusat viendra mettre sa touche de saxo.

L’amour : sujet de ce premier opus

Pour preuve, les mots qui ouvrent l’album éponyme:

« Ma femme est morte, je suis libre ! »

L'artiste Romain Pinsolle lors de la sortie de son premier album éponymeAutant en prendre le pli tout de suite : vous voilà face à un sale gamin. Imaginez un bar bondé, il est tard, mais il a la nuit devant lui, la nuit devant vous, « libre et solitaire », tout à son rêve d’ivresse, se délectant de cette entrée en matière qui vous aurez reconnu, n’est autre que « Le vin de l’assassin » de Baudelaire : « Autant qu’un roi je suis heureux. »

Un garçon trop romantique et élégant pour être mauvais. Un garçon qui, s’il fait mine de se vautrer et de déraper, prend la pose avec malice, jouant de sa voix nonchalante et désinvolte, et jouant d’une pop rock qui invite d’abord et avant tout à jouir.

On pourrait craindre de connaître ça par cœur. Mais les sales gamins de cette espèce ne sont jamais qui l’on croit. Leur grand charme, c’est de se payer le luxe de l’inattendu.

La vidéo du titre « La pluie » de Romain Pinsolle en Live est disponible :

La partie commentaire située en bas de cette page attend vos commentaires et remarques. N’hésitez pas à en laisser.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.